Règles normales ou abondantes ?

Les règles correspondent à la première phase du cycle menstruel, phénomène naturel contrôlé par des hormones. Le cycle menstruel permet à l’organisme de se préparer à une éventuelle grossesse.

Chaque mois, la muqueuse qui tapisse l’utérus s’épaissit et se remplit de sang en vue d’accueillir un embryon (ovule fécondé).

En parallèle, une cellule sexuelle féminine mûrit en vue d’une fécondation. 1,3

S’il n’y a pas fécondation, le taux d’hormones envoyées par les ovaires chute et déclenche le détachement de la muqueuse utérine interne. L’écoulement sanguin provoqué correspond aux règles.

Le premier jour des règles coïncide avec le premier jour du cycle. 1,3

Les règles abondantes, autrement appelées ménorragies, sont des saignements plus abondants et plus longs que d’habitude, et nécessitent un nombre important de protections par jour. 1

Mieux comprendre les règles abondantes

Sous les termes de « règles abondantes », couramment employés, se cachent en réalité différentes sortes de saignements qu’il faut distinguer 1 :

les règles hémorragiques, ou ménorragies en langage médical, qui surviennent au moment des règles.
les métrorragies : saignements qui surviennent en dehors des règles
les méno-métrorragies : les saignements surviennent aléatoirement et ne permettent plus de distinguer la période précise des règles.

Aujourd’hui, plus d’1 femme sur 5 souffre de règles abondantes. 7 L’âge est un facteur de risque : certaines femmes peuvent avoir des règles abondantes depuis leur jeunesse, mais pour la plupart, le phénomène survient plus tard, après 30 ou 40 ans. Il s’agit de la première cause de consultation entre 30 et 50 ans. 4,8

La plupart des femmes qui souffrent de règles abondantes (82 %) n’ont pas conscience que ces saignements relèvent d’une situation médicale et seulement la moitié d’entre elles en parlent à leur gynécologue. 9

Pourtant, les règles abondantes sont aujourd’hui reconnues comme une maladie et des solutions existent pour les traiter. N’hésitez pas à en parler à votre gynécologue.

Règles normales 1,4,5
  • Cycle menstruel d’environ 21 à 35 jours
  • 3 à 6 jours (5 jours en moyenne)
  • Quantité 35 à 40 mL par cycle
  • 1 serviette ou 1 tampon, jusqu’à 6 par jour
  • Règles abondantes (ménorragies) 1,4-6
  • Cycle menstruel d’environ 21 à 35 jours
  • Plus de 7 jours
  • Plus de 80 mL par cycle
  • Nécessité de doubler vos protections (1 serviette et 1 tampon) et de les changer toutes les deux heures
  • Règles abondantes : les symptômes

    Les règles abondantes (méno-métrorragies) peuvent entraîner 1,4,7 :

    Règles abondantes : impacts au quotidien

    Si les règles abondantes ne sont pas graves d’un point de vue médical, elles peuvent avoir un impact négatif important sur votre qualité de vie et vos relations sociales et professionnelles. 10

    Une récente étude réalisée auprès de 1000 femmes ayant ou ayant eu des règles abondantes a ainsi mis en évidence que 11 :

    58 % ne se sentaient pas capables de mener leurs activités habituelles
    pendant au moins 1 jour par cycle.
    Près d’1 femme sur 2 (48 %) avait déjà dû s’absenter du travail en raison
    de ses règles abondantes.
    74 % d’entre elles ressentaient de l’anxiété et 69 % avaient déjà eu un
    épisode dépressif.
    87 % ressentaient une extrême fatigue et près d’1 femme sur 2 (49 %)
    était anémiée.
    72 % affirmaient que leur vie sexuelle était affectée par les règles
    abondantes.
    EN SAVOIR PLUS

    Règles abondantes : les causes possibles

    Les règles abondantes peuvent avoir diverses origines. 1,4
    Pour la plupart des femmes, le phénomène ne survient qu’après 30 ou 40 ans,
    notamment à l’arrêt de la pilule ou après avoir eu des enfants.

    Mais les règles abondantes peuvent aussi être provoquées par un polype ou un fibrome.
    Il est important de consulter pour exclure toute anomalie.

    Cliquez sur les gouttes bleues ci-dessous pour en savoir plus sur les différentes causes possibles :

    Dérèglement hormonal

    Heavy periods are often caused by an imbalance in the production of the female hormones oestrogen and progesterone.

    more.information close

    Fibrome utérin

    An intramural fibroid grows wholly within the uterine wall. In general, fibroids are not dangerous, but they can cause symptoms.

    more.information close

    Fibrome sous-muqueux

    A fibroid, also called a myoma, is a benign cyst in or on the uterus. It is not clear exactly why fibroids develop.

    more.information close

    Polype

    Fibroids are non-cancerous growths that develop in or around the uterus (womb). Also known as myomas, leiomyomas or fibromas, they can occur singly or in large numbers. Fibroids are made up of muscle and fibrous tissues and vary in size - they can be as small as an apple pip, or as large as a grapefruit. There are different kinds, depending on where they are located.

    more.information close

    Hyperplasie de l’endomètre

    The endometrium is also known as the womb lining. It consists of 2 layers, namely the basal layer, which is always present, and the functional layer, which is shed during a period.

    more.information close

    Fibrome sous-séreux

    Submucosal fibroids grow partly within the uterine wall and partly within the uterus itself. In general, fibroids are not dangerous. However, they can cause symptoms such as pressure on the bladder, lower back pain, pain during lovemaking, period pain, bleeding between periods, and heavy bleeding.

    more.information close

    Maladies hémorragiques

    Very rarely, heavy periods are caused by bleeding disorders such as Von Willebrand’s disease or haemophilia.

    more.information close

    Adénomyose – endométriose

    Adénomyose - endométriose

    more.information close

    Syndrome des ovaires polykystiques

    PCOS is a common condition that affects how a woman’s ovaries work and can cause irregular periods. Polycystic simply means that there are multiple cysts (follicles) on the ovaries. These cysts are tiny fluid filled sacs on the ovary that grow to contain an egg.

    more.information close

    Infection génitale haute

    PID is an infection in the upper genital tract (the womb, fallopian tubes or ovaries) that can cause pelvic or abdominal pain, heavy periods and bleeding after sex or between periods. It is a common condition, but often doesn’t cause any obvious symptoms.

    more.information close

    Cancer de l’endomètre

    more.information close

    Maladies générales (systémiques)

    more.information close
    Base uterus
    Témoignages
      • Valérie*, 44 ans Je peux courir et nager de nouveau depuis mon traitement
        Mes règles m’ont rendue malheureuse pendant de nombreuses années. J’ai toujours eu des règles abondantes pendant une semaine, et en plus de ça, mes cycles étaient plus courts que pour la plupart des femmes, ils ne duraient que 21 jours.
      • Caroline*, 32 ans Je suis toujours en quête d’une solution pour mes règles abondantes
        Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait lorsque j’ai eu mes premières règles après l’accouchement. Mes règles étaient soudainement devenues très abondantes, il y avait du sang partout. J’avais l’impression d’avoir des contractions, même si naturellement c’était impossible.
      • Sarah*, 27 ans On m’a diagnostiqué un fibrome
        Mes règles avaient toujours été normales. Jusqu’à il y a 3 ans. Je pensais que ça allait passer mais ça n’a fait qu’empirer. Je suis finalement allée voir mon gynécologue.
      • Brigitte*, 51 ans Depuis mon ablation de l’endomètre, je n’ai plus de règles et plus de douleurs
        J’étais au bout du rouleau. J’avais des douleurs terribles dans le dos et au ventre que les médicaments ne pouvaient pas soulager. J’ai eu des règles abondantes non-stop pendant presque un mois entier, je me sentais vidée, misérable, alors je suis finalement allée voir mon médecin.
      • Marie*, 47 ans J’ai une anémie à cause de mes règles abondantes
        Parfois je fais des allers-retours aux toilettes pendant des heures. D’ordinaire, je suis quelqu’un de plutôt sociable, qui a confiance en elle, mais dans ces moments-là je ne me reconnais pas, je suis très embarrassée.
      TÉMOIGNAGE COMPLET TOUS LES TÉMOIGNAGES
       

      * Les prénoms et les photographies ont été modifiés pour préserver la confidentialité des patientes.

      Références bibliographiques

      1. CNGOF. Sous la direction du Pr Jacques Lansac. Coordonné par le Dr Nicolas Evrard. Le grand livre de la gynécologie. Editions Eyrolles 2013. Pages 8-9, 177-178, 242, 270.

      2. CNGOF. Espace info. Espace grand public. La puberté. Le cycle menstruel. http://www.cngof.fr/communiques-de-presse/103-le-cycle-menstruel Consulté le 27.09.2017.

      3. Assurance maladie. Ameli.fr pour les assurés. Informations et conseils sur les règles de la jeune fille. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/puberte/informations-conseils-regles consulté le 27.09.2017.

      4. CNGOF. Huchon C, Fritel X. Prise en charge des ménométrorragies. Épidémiologie des ménométrorragies. J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2008;37(Suppl 8):S307-16.

      5. CNGOF. Graesslin O, et al. Hémorragies utérines fonctionnelles : traitements non hormonaux. Extrait des mises à jour en gynécologie médicale. Volume 2004 publié le 01.12.2004.

      6. CNGOF. Fernandez H, et al. Les troubles hémorragiques fonctionnels. Epidémiologie – Diagnostic objectif. Extrait des mises à jour en gynécologie médicale – Volume 2004 publié le 01.12.2004.

      7. Royal College of Obstetricians and Gynaecologists. National heavy menstrual bleeding audit. First annual report. May 2011.

      8. CNGOF. Prise en charge des ménométrorragies. Introduction. J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2008;37(Suppl 8):S303.

      9. Etude conduite par Opinium Research, au mois de mars 2018, en France, auprès de 1 000 femmes souffrant de règles abondantes. Etude financée par Hologic.

      10. CNGOF. Graesslin O, et al. Prise en charge des ménométrorragies. Hémorragies utérines fonctionnelles ou ménorragies idiopathiques. Traitement médical : modalités, efficacité, complication. J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2008;37(Suppl 8):S384-97.

      11. Etude conduite par Opinium Research, entre juillet et août 2017, en Grande-Bretagne, auprès de 1 000 femmes souffrant de règles abondantes. Etude financée par Hologic.

      Information sur l’usage des cookies
      Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies et sur la manière dont vous pouvez modifier vos paramètres. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
       
      X
      Votre avis compte! Participez à l’amélioration du site en répondant à quelques questions. OuiNon
      Retrouvez le questionnaire dans le menu en haut de l'écran