Cancer de l’endomètre

Dans moins de 1 % des cas, les saignements utérins anormaux peuvent être dus à un cancer de l’endomètre.5
L’endomètre correspond au tissu qui tapisse la paroi intérieure de l’utérus. Lorsqu’une cellule de l’endomètre initialement normale se transforme, puis se multiplie de façon anarchique jusqu’à former une masse (tumeur), on parle de cancer de l’endomètre.1,2
Il s’agit de la 4ème cause de cancer chez la femme en France. C’est le plus fréquent des cancers gynécologiques après le cancer du sein.2
Le cancer de l’endomètre survient surtout après la ménopause, autour de 70 ans. Mais dans 15 % des cas environ, il peut survenir avant la ménopause.3
Il est associé à plusieurs facteurs de risque comme l’obésité, le diabète ou plus rarement une prédisposition génétique.2

Le cancer de l’endomètre peut se manifester par différents symptômes (du plus fréquent au moins fréquent) 4 :

  • des saignements vaginaux chez les femmes ménopausées ou en dehors des périodes de règles chez les femmes non ménopausées (métrorragies)
  • des saignements plus importants pendant les règles (ménorragies)
  • des pertes blanches (leucorrhées), généralement associées à des pertes de sang leur donnant une coloration rosée
  • des signes liés à une infection de l’endomètre : douleurs de ventre, fièvre ou infections urinaires.


Références bibliographiques
1. Institut National du Cancer. Cancer Info. Les traitements du cancer de l’endomètre. Collection guide patients. Mai 2013
2. Institut National du Cancer. Cancer de l’endomètre. Point clés. http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-de-l-endometre/Points-cles
3. CNGOF. Sous la direction du Pr Jacques Lansac. Coordonné par le Dr Nicolas Evrard. Le grand livre de la gynécologie. Editions Eyrolles 2013. Page 221.
4. Institut National du Cancer. Cancer de l’endomètre. Symptômes. http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-de-l-endometre/Symptomes
5. Huchon C, Fritel X. Prise en charge des ménométrorragies. Épidémiologie des ménométrorragies. J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2008;37(Suppl 8):S307-16.

Information sur l’usage des cookies
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies et sur la manière dont vous pouvez modifier vos paramètres. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
 
X
Votre avis compte! Participez à l’amélioration du site en répondant à quelques questions. OuiNon
Retrouvez le questionnaire dans le menu en haut de l'écran